Archive for the 'Aphorismes' Category


Le désobéissant

Monsieur le Président Je vous fais une lettre Que vous lirez peut-être Si vous avez le temps Je viens de recevoir Ma convocation Pour être assesseur Aux prochaines élections Monsieur le Président Je ne veux pas le faire Je ne suis pas sur terre Pour duper des pauvres gens C’est pas pour vous fâcher II […]

Le Spectacle, hier comme aujourd’hui…

En lisant La Société du spectacle, écrit en 1967 par Guy Debord, on ne peut être que frappé par l’actualité de certaines thèses. Ainsi par exemple: Dans ce développement complexe et terrible qui a emporté l’époque des luttes de classes vers de nouvelles conditions, le prolétariat des pays industriels a complètement perdu l’affirmation de sa […]

Bonne année mon cul

Janvier est de très loin le mois le plus saumâtre, le plus grumeleux, le moins pétillant de l’année. Les plus sous doués d’entre vous auront remarqué que janvier débute le premier. Je veux dire que ce n’est pas moi qui ai commencé. Et qu’est-ce que le premier janvier, sinon le jour honni entre tous où […]

Il y a 70 ans…

«La guerre est finie» proclamait le général Francisco Franco. C’était l’époque du fascisme triomphant en Europe. Il n’a pas vraiment complètement disparu depuis… No Pasaran

Amusant…

Il est assez amusant de constater que la première action de celui qui n’a cessé de proclamer “La France, on l’aime ou on la quitte” et qui veut “remettre la France au travail” est, une fois élu, de partir en vacances à Malte… Etonnant, non? ;)

Jusqu’à ce que la mort vous sépare…

Il est amusant de constater que le mariage consiste à baguer des individus, comme des pigeons voyageurs, avec l’espoir que ça les fera toujours revenir à la maison… Quand même toutes mes félicitations à mon ami Thitho. :)

Le changement dans la continuité

Si l’on en croit ce titre du Monde: Nicolas Sarkozy veut être le candidat de la “rupture tranquille” Et pourquoi pas celui de la “révolution pépère” ou de la “Longue Marche en pantoufles”?

Bon sang mais c’est bien sur…

Je pense que je suis un être trop rationnel que pour maîtriser l’irrationnalité inhérente à l’amour.