Liberté surveillée

Article 19
Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

Déclaration universelle des droits de l’homme

Art. 24 bis. (L. n. 90-615, 13 juill, 1990, art. 9). – Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale;[…]

article 24bis de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse (trouvé dans cet article)

La question que je voudrais poser ici est sur la nécessité d’encadrer la liberté d’expression par des lois restreignant son usage.
Avant toute chose, il est bon de se rappeler que la loi est toujours un outil du pouvoir en place et que ce pouvoir peut prendre des formes diverses et par conséquent proclamer des lois hautement contestables (par exemple, les lois sur le statut des Juifs sous Vichy).

A l’heure où certains veulent “en finir avec la repentance” et où l’on veut que “Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord“, verra-t-on un jour une loi criminaliser ceux qui veulent contester ce rôle positif de la colonisation?

Sans aller jusque là, il me semble que légiferer pour criminaliser la négation de faits historiques présente un certain nombre de problèmes:

  • on crée une “vérité officielle” qui ne peut être contestée.
  • il s’agit d’un solution de facilité: plutôt que de démonter l’argumentation (généralement simpliste) des négationnistes, on répond par un simple argument d’autorité.
  • la médiatisation des procès et condamnations offre une publicité inesperée aux auteurs de ces thèses.
  • la loi est inefficace pour enrayer la montée de l’antisémitisme, du racisme et de la xénophobie.

Bref, il me semble que la loi n’a jamais empêché certains hommes politiques de parler du “bruit et l’odeur” des immigrés, s’agissant des chambres à gaz, de parler d'”un point de détail” de l’Histoire et très récemment de se prononcer pour une “immigration choisie“…

One Response to Liberté surveillée »»


Comments

    comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  1. Comment by thitho | Quartidi Décade II Fructidor An CCXV at 13:45:30

    Moi je dis que ces gens qui refusent les vérités officielles rien tous que des anarchisss et compagnie.
    Si ça se trouve, ils sont aussi contre la carte vermeil


comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

Trackbacks & Pingbacks »»

  1. Comment by thitho | Quartidi Décade II Fructidor An CCXV at 13:45:30

    Moi je dis que ces gens qui refusent les vérités officielles rien tous que des anarchisss et compagnie.
    Si ça se trouve, ils sont aussi contre la carte vermeil

Leave a Reply »»

Un petit test de math * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.