Légaliser la prostitution? (suite)

Mon petit sondage sur la question de la légalisation indiquant une majorité de lecteurs en faveur de la légalisation, je me suis dit que c’était un bon moment pour reparler de la question (et pour changer le sondage aussi ;).

Coup de pot, je suis tombé sur un texte qui le fait très bien pour moi. Il s’agit de la préface à l’édition catalane du livre de Richard Poulin : « Abolir la prostitution » – Une question en suspend pour le féminisme et pour la gauche. C’est un peu long (et réformiste), mais c’est très intéressant.

Je m’en tiendrai ici à trois remarques.

  1. D’abord, comme le rappelait Mauro dans les commentaires de mon précédent billet sur la question, ce débat tend à être enfermé dans le cadre restreint du réformisme dans un Etat bourgeois, patriarcal et capitaliste. Autant dire que les “solutions” présentées seront difficilement révolutionnaires.
  2. Ensuite, sur la pratique sexuelle de la prostitution, il me semble à la réflexion qu’il s’agit en fait d’une forme de masturbation dominatrice: seul le client en retire du plaisir, et pour ce faire il doit asservir un autre être humain. J’ai peut-être raté un humanisme caché dans la jouissance de l’usage d’un autre individu, auquel cas il ne faudrait pas hésiter à m’éclairer.
  3. Enfin, il me semble que la défense de la prostitution à gauche n’est possible que parce qu’une bonne partie de cette gauche a abandonné la lutte contre une forme d’asservissement de masse dans notre société, le salariat, et ne se contente plus que de vouloir améliorer les conditions de cet asservissement. Dans cette optique, il s’agit simplement de considérer les prostituées comme des prolétaires comme les autres1, alors qu’elles semblent plus rentrer dans le cadre de l’individu-entreprise2.

Bref, je reste persuadé que la défense de la légalisation de la prostitution (et donc, in fine, de la prostitution elle-même) est difficilement compatible avec les idéaux de la gauche (révolutionnaire) et, même si je reste circonspect sur l’abolitionnisme réformiste, je pense que cette approche a au-moins le mérite de poser la question de la domination de genre dans notre société. Question qui n’est pas posée par les autres approches (réformistes) de la question de la prostitution.

(Et maintenant une petite page de publicité)
Je rappelle que ce débat a été initié par l’article d’Eponine Cynidès: Prostitution : légalisation ne rime ni avec libération ni avec protection dans le Journal Indépendant et Militant.
(fin de la parenthèse publicitaire ;))

  1. ce qui ne me paraît déjà pas correct en soi. []
  2. plus sur ce sujet dans un autre billet si je trouve le temps et la volonté, ce qui, je te l’accorde, n’est pas gagné en ce moment… []

4 Responses to Légaliser la prostitution? (suite) »»


Comments

    comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  1. Comment by thitho | Quintidi Décade III Prairial An CCXVIII at 23:28:04

    Que les choses une bonne fois pour toute soient bien claires: en cas de révolution de gauche, le capitalisme disparaîtrait et avec lui toutes les transactions commerciales. De fait -et de droit, pour peu que ce mot garde un sens-, la prostitution disparaîtrait.

    Donc, il ne m’apparaît pertinent de parler d’abolition de la prostitution que dans le cadre d’un état bourgeois.

  2. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  3. Comment by Un Homme | Sextidi Décade III Prairial An CCXVIII at 15:58:50

    S’il me parait clair que la revolution sociale devrait faire disparaitre le capitalisme, rien ne garantit par contre qu’elle fera disparaitre la domination de genre…

    Ceci etant dit, on est bien d’accord, on reflechit ici aux positions que l’on peut soutenir ou non dans le cadre reformiste de l’Etat bourgeois…

    Dans une logique revolutionnaire, les positions que l’on pourrait soutenir dans le cadre reformiste se devraient de soutenir notre combat ou, a tout le monde, de ne pas encore en conflit avec lui ou de soutenir des positions reactionnaires.

  4. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  5. Comment by thitho | Sextidi Décade III Prairial An CCXVIII at 18:42:17

    En ce qui me concerne, mes études historiques m’ont amené à me montrer (sinon aux autres) que la domination de genre est liée à la domination du patrimoine, à la nécessité de transmission de l’héritage, à la consécration de la famille et de son chef.

    Abolissons, abolissons, il n’en restera évidemment rien…

  6. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  7. Comment by Antoine | Septidi Décade II Floréal An CCXX at 13:50:04

    J’ai lu l’article sur jim (presque intégralement) et je suis toujours pas d’accord pour qu’on pénalise les clients, il y a certainement des clichés sur la prostitution mais je pense qu’ils sont dans les 2 sens, ce qui dérange d’ans l’idée de prostitution c’est le caractère sexuel du service ce qui apparaît comme quelque chose de forcemment dégradant, le fait que la majorité des personnes qui se prostituent soient des femmes (ce qui est révélateur d’autres problèmes de notre société) et évidemment le traffic qui est présent dans la majorité des cas . Effectivement la réalité donne une mauvaise image de la prostitution, mais mème si la légalisation n’a pas été encourageante dans certains pays, je pense qu’il serait possible de l’appliquer autrement. Je crois qu’à partir du moment où on est majeur, on devrait avoir le droit de demander de l’argent contre une relation sexuelle. Regarde l’industrie du porno c’est pas forcemment un exemple par ce que là aussi il y a des abus, est-ce qu’il faut forcemment interdire la pornographie? Pénaliser les amateurs de films pornos? (Faudrait me mettre en taule là) Ce n’est pas par ce que la majorité des prostituées ont un passé douloureux qu’interdire la prostitution va arranger les choses, ça n’effacera pas le mal causé et n’empêchera pas que d’autres femmes soient victimes d’inceste ou de viol. Je pense qu’il faut accepter l’idée que certains individus décident de travailler dans le sexe car souvent la limite est floue pour ce qui est de la prostitution: massages sensuels, strip tease, escort girl, pornographie, hôtesses, photos de charme. On vit dans une société où le sexe est devenu une marchandise, il devrait être possible de faire en sorte d’éviter les dérives criminelles. En gros je crois qu’il faut lutter contre la mafia, les mauvais traitements aux femmes, l’idée que le corps de la femme est une marchandise mais je ne suis pas d’accord avec cette idée qu’être rémunéré en échange de servives sexuels consentents doit être interdit par ce qu’à mon avis c’est déplacer les problèmes que j’ai précèdemment cités et se tromper de combat. Pour conclure: les clients des prostitués ne sont pas des victimes mais ils ne sont pas tous coupables non plus, les pénaliser est donc à mon sens une erreur (pénaliser les prostituées aussi).


comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

Trackbacks & Pingbacks »»

  1. Comment by thitho | Quintidi Décade III Prairial An CCXVIII at 23:28:04

    Que les choses une bonne fois pour toute soient bien claires: en cas de révolution de gauche, le capitalisme disparaîtrait et avec lui toutes les transactions commerciales. De fait -et de droit, pour peu que ce mot garde un sens-, la prostitution disparaîtrait.

    Donc, il ne m’apparaît pertinent de parler d’abolition de la prostitution que dans le cadre d’un état bourgeois.

  2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

    Trackbacks & Pingbacks »»

    1. Comment by Un Homme | Sextidi Décade III Prairial An CCXVIII at 15:58:50

      S’il me parait clair que la revolution sociale devrait faire disparaitre le capitalisme, rien ne garantit par contre qu’elle fera disparaitre la domination de genre…

      Ceci etant dit, on est bien d’accord, on reflechit ici aux positions que l’on peut soutenir ou non dans le cadre reformiste de l’Etat bourgeois…

      Dans une logique revolutionnaire, les positions que l’on pourrait soutenir dans le cadre reformiste se devraient de soutenir notre combat ou, a tout le monde, de ne pas encore en conflit avec lui ou de soutenir des positions reactionnaires.

    2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

      Trackbacks & Pingbacks »»

      1. Comment by thitho | Sextidi Décade III Prairial An CCXVIII at 18:42:17

        En ce qui me concerne, mes études historiques m’ont amené à me montrer (sinon aux autres) que la domination de genre est liée à la domination du patrimoine, à la nécessité de transmission de l’héritage, à la consécration de la famille et de son chef.

        Abolissons, abolissons, il n’en restera évidemment rien…

      2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

        Trackbacks & Pingbacks »»

        1. Comment by Antoine | Septidi Décade II Floréal An CCXX at 13:50:04

          J’ai lu l’article sur jim (presque intégralement) et je suis toujours pas d’accord pour qu’on pénalise les clients, il y a certainement des clichés sur la prostitution mais je pense qu’ils sont dans les 2 sens, ce qui dérange d’ans l’idée de prostitution c’est le caractère sexuel du service ce qui apparaît comme quelque chose de forcemment dégradant, le fait que la majorité des personnes qui se prostituent soient des femmes (ce qui est révélateur d’autres problèmes de notre société) et évidemment le traffic qui est présent dans la majorité des cas . Effectivement la réalité donne une mauvaise image de la prostitution, mais mème si la légalisation n’a pas été encourageante dans certains pays, je pense qu’il serait possible de l’appliquer autrement. Je crois qu’à partir du moment où on est majeur, on devrait avoir le droit de demander de l’argent contre une relation sexuelle. Regarde l’industrie du porno c’est pas forcemment un exemple par ce que là aussi il y a des abus, est-ce qu’il faut forcemment interdire la pornographie? Pénaliser les amateurs de films pornos? (Faudrait me mettre en taule là) Ce n’est pas par ce que la majorité des prostituées ont un passé douloureux qu’interdire la prostitution va arranger les choses, ça n’effacera pas le mal causé et n’empêchera pas que d’autres femmes soient victimes d’inceste ou de viol. Je pense qu’il faut accepter l’idée que certains individus décident de travailler dans le sexe car souvent la limite est floue pour ce qui est de la prostitution: massages sensuels, strip tease, escort girl, pornographie, hôtesses, photos de charme. On vit dans une société où le sexe est devenu une marchandise, il devrait être possible de faire en sorte d’éviter les dérives criminelles. En gros je crois qu’il faut lutter contre la mafia, les mauvais traitements aux femmes, l’idée que le corps de la femme est une marchandise mais je ne suis pas d’accord avec cette idée qu’être rémunéré en échange de servives sexuels consentents doit être interdit par ce qu’à mon avis c’est déplacer les problèmes que j’ai précèdemment cités et se tromper de combat. Pour conclure: les clients des prostitués ne sont pas des victimes mais ils ne sont pas tous coupables non plus, les pénaliser est donc à mon sens une erreur (pénaliser les prostituées aussi).

        Leave a Reply »»

        Un petit test de math * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.