Faut-il légaliser la prostitution?

Suite à un récent article sur le sujet dans JIM (Prostitution : légalisation ne rime ni avec libération ni avec protection) j’ai été surpris de voir l’ampleur du débat interne que la question a suscité.

Autant je peux comprendre que la question divise la droite entre une position libérale favorable à la légalisation (gloire au Marché) et une droite conservatrice qui y est opposée (pour des raisons morales); autant je suis étonné qu’elle puisse diviser à gauche.

Même si je suis intimement persuadé des meilleures intentions de ceux qui la défendent à gauche, la légalisation de la prostitution, c’est à dire de la marchandisation du corps humain, sachant qu’elle est très majoritairement subie par ceux qui se prostituent, pose deux questions fondamentales que je vais même élargir au-delà du cas de la prostitution (puisque le précedent légal sera très certainement appelé à s’élargir également).

1. Le corps humain doit-il être considéré comme une marchandise?

2. Faut-il préférer la certitude d’une exploitation adoucie à l’incertitude de la fin de cette exploitation?

A mon sens, les partisans de la légalisation répondent1 oui à ces deux questions. Les gains potentiels (visiblement loin d’être acquis) en valent-ils vraiment la chandelle?

  1. et très certainement à contrecoeur []

14 Responses to Faut-il légaliser la prostitution? »»


Comments

    comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  1. Comment by oise | Duodi Décade I Ventôse An CCXVIII at 10:48:13

    Je rejoins ton constat et ton interrogation…
    Comme toi, ça me dépasse complètement que des gens “de gauche”, militant pour l’abolition de l’exploitation en général, puissent militer en faveur de la légalisation de cette forme ultime d’exploitation (vente/location d’un corps humain)… ou défendre des arguments intolérables, genre la misère sexuelle de certains hommes, pour justifier cette marchandisation de la femme…

    Quant aux soi-disant bienfaits de la légalisation : l’article du JIM les démonte un par un, avec une rigueur scientifique qu’il faut souligner (il est construit sur des faits et des chiffres, non des impressions), je ne peux donc que renvoyer à sa lecture pour ceux et celles qui hésitent à savoir si c’est une solution envisageable ou non…

    Débat à suivre, je suppose ;)

  2. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  3. Comment by thitho | Tridi Décade I Ventôse An CCXVIII at 01:04:00

    Dois-je reproduire le mail où je démontais les arguments réputés scientifiques dudit article? :-)

  4. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  5. Comment by oise | Tridi Décade I Ventôse An CCXVIII at 14:21:52

    Thitho : ah, tu as démonté qqch ?

  6. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  7. Comment by thitho | Tridi Décade I Ventôse An CCXVIII at 16:30:13

    à mes yeux et à ceux d’autres, visiblement oui… Les arguments scientifiques sont généralement de l’ordre du laboratoire, reproduisibles dans les mêmes conditions… Ceusses de l’article ne convainquent pas les opposants à l’abolition…

  8. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  9. Comment by Un Homme | Tridi Décade I Ventôse An CCXVIII at 23:57:54

    On ne peut donc étudier la prostitution (ou n’importe quel phénomène de société) scientifiquement?

    (par ailleurs je note que tu n’as pas répondu à la question)

    Et j’en profite pour signaler le nouveau sondage pas du tout démago ;)

  10. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  11. Comment by thitho | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 01:29:11

    quelle question? Si c’est celle d’Oise, oui, j’y ai répondu. Si c’est les tiennes, je dois dire que
    1) non
    2) question absurde

  12. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  13. Comment by Un Homme | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 09:23:41

    Tu as visiblement mal compris. Pour moi tu as déjà répondu oui aux deux questions et ma question est de savoir si les avantages promis par la légalisation valent le coup en tenant compte de cela.

    Si tu n’es pas d’accord avec les deux questions, il faut m’expliquer:
    1/ comment un objet de consommation n’est pas une marchandise.
    2/ comment la légitimation d’une forme d’exploitation participe de la lutte contre l’exploitation en général.

  14. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  15. Comment by oise | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 15:13:25

    Pour moi, l’approche de l’article du JIM est scientifique (rigoureuse si tu veux) parce que l’auteure ne base pas son argumentation sur des impressions ou un point de vue a priori (avant d’étudier la question, ce qu’elle fait depuis des années, y compris sur le terrain, elle n’était pas a priori en faveur de la légalisation ou de l’abolition), mais sur des faits constatés et des études, notamment chiffrées, qui l’ont conduite à conclure que l’abolition de la prostitution est la seule position tenable. On peut bien sûr ne pas être d’accord avec son point de vue, mais un minimum d’honnêteté doit conduire à reconnaitre la rigueur de son étude – ce que le journal recherche.

    Cependant, l’auteure connait bien le sujet et se base également sur de très nombreux témoignages de prostituées, en Europe et dans le monde. Ce n’est donc pas une étude livresque.

    Mais je n’ai pas envie de reprendre le débat ici, le débat interne m’a un peu fatiguée, je me contenterai de renvoyer à la lecture de l’article en question et j’attends le tien avec impatience ;)

  16. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  17. Comment by thitho | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 16:42:40

    Je pense qu’il y a de véritables malentendus dans les positions que vous nous attribuez. En effet, par moments, c’est lassant.
    Le fait est que l’on a quelquefois l’impression que le point de vue que nous adoptons à ce sujet n’a pas droit de citer. Je réponds à quelque chose, ce n’est pas bon; j’estime qu’un argument n’est pas scientifique, ce n’est pas bon. Bien, bien… Il y a une autre solution aussi: on n’en parle plus et chacun reste sur sa position. Personnellement, je supporterais ce défi, n’étant pas spécialement engagé dans cette lutte-là. Pour moi, elle s’intègre en un tout dans l’ensemble de la lutte contre le capitalisme, la domination des possédants sur les non-possédants et le patriarcat -qui en est, non une cause ni une conséquence, mais un élément concomitant.

    Juste pour christo, ta première question part d’un prémisse que tu admets, nous non, qu’il y aurait abandon de son corps, abandon d’une propriété automatiquement dans la prostitution. S’il y a bien abus, exploitation, lorsque la prostitution n’est pas volontaire, le rapport n’est pas le même si elle l’est. En effet, il s’agit d’un service impliquant l’exercice d’une capacité physique. Mais je ne m’attends pas à ce que vous acceptiez ceci, donc, je marrête temporairement à ces mots et j’espère que vous attendrez notre “article”.

  18. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  19. Comment by thitho | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 16:43:09

    pas droit de cité, fallait-il lire

  20. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  21. Comment by Un Homme | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 20:39:17

    Je pense que les malentendus vont dans les deux sens et, comme je l’ai déjà écrit, je suis tout à fait persuadé de la sincérité de vos positions.

    Ma position se base sur le fait que la prostitution est “une activité consistant à échanger des relations sexuelles contre une rémunération financière”. Cela signifie pour moi que le/la prostitué(e) monnaie l’accès à son corps pour permettre à l’autre partie d’assouvir un désir sexuel.

    En ce sens, la prostitution relève, pour moi, plus de la fourniture d’un bien matériel (ici son corps) que d’un service, c’est à dire “la mise à disposition d’une capacité technique ou intellectuelle”.

  22. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  23. Comment by Mauro | Septidi Décade II Germinal An CCXVIII at 15:16:46

    Hello tou-te-s!

    J’ai participé à ce débat sur la M-L du JIM. Je dois avouer qu’après la lecture de l’article et d’un autre article (de Patric Jean) abolitionniste, ma position est encore plus difficile à déterminer. D’une part, l’argument de marchandisation du corps est réfutable facilement: tout rapport salarial, caractéristique du capitalisme, marchandise la force de travail du travailleur, son corps et son esprit. Les ouvriers qui meurent à 30 ans après 15 ans de travail d’usine en Chine ont autant vendu leur corps, si pas plus, que des prostituées. De même, la misère sexuelle de certains hommes est bien réelle et même si elle ne justifie en aucun cas l’existence de la prostitution, c’est une donnée matérielle qui ne disparaitra pas non plus avec l’abolition. Mais il semble également correct que la légalisation apporte des effets pervers (c’est le cas de le dire) démontrés dans l’article du JIM. Soit.

    Ma conclusion a donc changé: d’une position plutôt pour la légalisation non pas du proxénétisme mais de l’activité des travailleurs du sexe (essentiellement basée sur le principe que les prostituées organisées la réclament et que je défends l’auto-organisation des travailleurs, y compris travailleurs du sexe, m’opposant à toute forme de paternalisme y compris “de gauche”), j’ai poussé le raisonnement au bout:

    nous sommes typiquement enfermés dans un débat sur “quel réformisme est le meilleur sur cette question”. Et concernant la prostitution, désolé mais l’abolitionnisme ne me satisfait pas plus que la légalisation (je serais d’ailleurs curieux de connaitre la position de certain-e-s sur la pornographie). Le réformisme nous conduit donc ici aussi dans une impasse. Sans doute de manière encore plus flagrante que pour d’autres questions.

    L’abolition, au sens strict – révolutionnaire, de l’activité “prostitution” comme rapport marchand, n’a rien à voir avec les réformes “à la Suédoise”: pour y arriver il faudra certainement d’abord égaliser vers le haut les conditions de travail des hommes et des femmes (afin de rendre le métier moins attractif), favoriser l’auto-organisation des femmes et abolir autant le capitalisme et le salariat que la misère sexuelle contemporaine.

    Et là, on pourra commencer à discuter réellement du fond. Plus compliqué que “réponse 1 non et réponse 2 on plus”.

    Salutations communistes révolutionnaires

  24. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  25. Comment by Mauro | Septidi Décade II Germinal An CCXVIII at 15:42:15

    Ah oui, j’oubliais: une revendication de première importance concernant le trafic des êtres humains est la régularisation automatique (frontières ouvertes) de tou-te-s les migrant-e-s, principal moyen d’empêcher le trafic d’êtres humains.

  26. comment_type != "trackback" && $comment->comment_type != "pingback" && !ereg("", $comment->comment_content) && !ereg("", $comment->comment_content)) { ?>
  27. Comment by tueursnet | Jour de la Raison An CCXVIII at 07:00:18

    Elle a quel âge ? 15 ans ?
    Cela nous fait un nourrisson de 180 mois environ…
    Ce qui nous fait 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende pour le trésor public…
    Ah ah ah ah ! Pas de panique… vous n’êtes pas concerné par cette vieille relique. Et si votre petite prostituée est civilement mineure, elle est néanmoins… sexuellement majeure puisque la majorité sexuelle est fixée à 15 ans (article 225-12-1 du code pénal)… pas la peine de rougir… c’est de la fausse pudeur !
    Quant à la prostitution… sachez qu’elle est n’est pas interdite par la Loi.
    La petite chose n’a ni vendu, ni loué son corps. Elle vous a fait profiter de ses bons offices.
    Il n’y a là ni malices, ni sévices.
    Surtout si vous l’avez rémunéré pour sa prestation de service.
    La cour européenne vous accorde pleinement ce droit : «Dès lors que la prostituée perçoit l’intégralité de ses gains, choisit ses honoraires, ses partenaires», tous les coups sont permis.

    Votre honneur ! Puis-je me permettre de vous exprimer mon profond désaveu :
    Que l’on soit consentante ou pas consentante, j’ai du mal à vous suivre sur cette pente… du mal à admettre que quelqu’un puisse se payer le visage de quelqu’un , sous le masque du vice, de l’ennui ou du caprice.

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20prostitution


comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

Trackbacks & Pingbacks »»

  1. Comment by oise | Duodi Décade I Ventôse An CCXVIII at 10:48:13

    Je rejoins ton constat et ton interrogation…
    Comme toi, ça me dépasse complètement que des gens “de gauche”, militant pour l’abolition de l’exploitation en général, puissent militer en faveur de la légalisation de cette forme ultime d’exploitation (vente/location d’un corps humain)… ou défendre des arguments intolérables, genre la misère sexuelle de certains hommes, pour justifier cette marchandisation de la femme…

    Quant aux soi-disant bienfaits de la légalisation : l’article du JIM les démonte un par un, avec une rigueur scientifique qu’il faut souligner (il est construit sur des faits et des chiffres, non des impressions), je ne peux donc que renvoyer à sa lecture pour ceux et celles qui hésitent à savoir si c’est une solution envisageable ou non…

    Débat à suivre, je suppose ;)

  2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

    Trackbacks & Pingbacks »»

    1. Comment by thitho | Tridi Décade I Ventôse An CCXVIII at 01:04:00

      Dois-je reproduire le mail où je démontais les arguments réputés scientifiques dudit article? :-)

    2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

      Trackbacks & Pingbacks »»

      1. Comment by oise | Tridi Décade I Ventôse An CCXVIII at 14:21:52

        Thitho : ah, tu as démonté qqch ?

      2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

        Trackbacks & Pingbacks »»

        1. Comment by thitho | Tridi Décade I Ventôse An CCXVIII at 16:30:13

          à mes yeux et à ceux d’autres, visiblement oui… Les arguments scientifiques sont généralement de l’ordre du laboratoire, reproduisibles dans les mêmes conditions… Ceusses de l’article ne convainquent pas les opposants à l’abolition…

        2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

          Trackbacks & Pingbacks »»

          1. Comment by Un Homme | Tridi Décade I Ventôse An CCXVIII at 23:57:54

            On ne peut donc étudier la prostitution (ou n’importe quel phénomène de société) scientifiquement?

            (par ailleurs je note que tu n’as pas répondu à la question)

            Et j’en profite pour signaler le nouveau sondage pas du tout démago ;)

          2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

            Trackbacks & Pingbacks »»

            1. Comment by thitho | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 01:29:11

              quelle question? Si c’est celle d’Oise, oui, j’y ai répondu. Si c’est les tiennes, je dois dire que
              1) non
              2) question absurde

            2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

              Trackbacks & Pingbacks »»

              1. Comment by Un Homme | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 09:23:41

                Tu as visiblement mal compris. Pour moi tu as déjà répondu oui aux deux questions et ma question est de savoir si les avantages promis par la légalisation valent le coup en tenant compte de cela.

                Si tu n’es pas d’accord avec les deux questions, il faut m’expliquer:
                1/ comment un objet de consommation n’est pas une marchandise.
                2/ comment la légitimation d’une forme d’exploitation participe de la lutte contre l’exploitation en général.

              2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

                Trackbacks & Pingbacks »»

                1. Comment by oise | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 15:13:25

                  Pour moi, l’approche de l’article du JIM est scientifique (rigoureuse si tu veux) parce que l’auteure ne base pas son argumentation sur des impressions ou un point de vue a priori (avant d’étudier la question, ce qu’elle fait depuis des années, y compris sur le terrain, elle n’était pas a priori en faveur de la légalisation ou de l’abolition), mais sur des faits constatés et des études, notamment chiffrées, qui l’ont conduite à conclure que l’abolition de la prostitution est la seule position tenable. On peut bien sûr ne pas être d’accord avec son point de vue, mais un minimum d’honnêteté doit conduire à reconnaitre la rigueur de son étude – ce que le journal recherche.

                  Cependant, l’auteure connait bien le sujet et se base également sur de très nombreux témoignages de prostituées, en Europe et dans le monde. Ce n’est donc pas une étude livresque.

                  Mais je n’ai pas envie de reprendre le débat ici, le débat interne m’a un peu fatiguée, je me contenterai de renvoyer à la lecture de l’article en question et j’attends le tien avec impatience ;)

                2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

                  Trackbacks & Pingbacks »»

                  1. Comment by thitho | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 16:42:40

                    Je pense qu’il y a de véritables malentendus dans les positions que vous nous attribuez. En effet, par moments, c’est lassant.
                    Le fait est que l’on a quelquefois l’impression que le point de vue que nous adoptons à ce sujet n’a pas droit de citer. Je réponds à quelque chose, ce n’est pas bon; j’estime qu’un argument n’est pas scientifique, ce n’est pas bon. Bien, bien… Il y a une autre solution aussi: on n’en parle plus et chacun reste sur sa position. Personnellement, je supporterais ce défi, n’étant pas spécialement engagé dans cette lutte-là. Pour moi, elle s’intègre en un tout dans l’ensemble de la lutte contre le capitalisme, la domination des possédants sur les non-possédants et le patriarcat -qui en est, non une cause ni une conséquence, mais un élément concomitant.

                    Juste pour christo, ta première question part d’un prémisse que tu admets, nous non, qu’il y aurait abandon de son corps, abandon d’une propriété automatiquement dans la prostitution. S’il y a bien abus, exploitation, lorsque la prostitution n’est pas volontaire, le rapport n’est pas le même si elle l’est. En effet, il s’agit d’un service impliquant l’exercice d’une capacité physique. Mais je ne m’attends pas à ce que vous acceptiez ceci, donc, je marrête temporairement à ces mots et j’espère que vous attendrez notre “article”.

                  2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

                    Trackbacks & Pingbacks »»

                    1. Comment by thitho | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 16:43:09

                      pas droit de cité, fallait-il lire

                    2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

                      Trackbacks & Pingbacks »»

                      1. Comment by Un Homme | Quartidi Décade I Ventôse An CCXVIII at 20:39:17

                        Je pense que les malentendus vont dans les deux sens et, comme je l’ai déjà écrit, je suis tout à fait persuadé de la sincérité de vos positions.

                        Ma position se base sur le fait que la prostitution est “une activité consistant à échanger des relations sexuelles contre une rémunération financière”. Cela signifie pour moi que le/la prostitué(e) monnaie l’accès à son corps pour permettre à l’autre partie d’assouvir un désir sexuel.

                        En ce sens, la prostitution relève, pour moi, plus de la fourniture d’un bien matériel (ici son corps) que d’un service, c’est à dire “la mise à disposition d’une capacité technique ou intellectuelle”.

                      2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

                        Trackbacks & Pingbacks »»

                        1. Comment by Mauro | Septidi Décade II Germinal An CCXVIII at 15:16:46

                          Hello tou-te-s!

                          J’ai participé à ce débat sur la M-L du JIM. Je dois avouer qu’après la lecture de l’article et d’un autre article (de Patric Jean) abolitionniste, ma position est encore plus difficile à déterminer. D’une part, l’argument de marchandisation du corps est réfutable facilement: tout rapport salarial, caractéristique du capitalisme, marchandise la force de travail du travailleur, son corps et son esprit. Les ouvriers qui meurent à 30 ans après 15 ans de travail d’usine en Chine ont autant vendu leur corps, si pas plus, que des prostituées. De même, la misère sexuelle de certains hommes est bien réelle et même si elle ne justifie en aucun cas l’existence de la prostitution, c’est une donnée matérielle qui ne disparaitra pas non plus avec l’abolition. Mais il semble également correct que la légalisation apporte des effets pervers (c’est le cas de le dire) démontrés dans l’article du JIM. Soit.

                          Ma conclusion a donc changé: d’une position plutôt pour la légalisation non pas du proxénétisme mais de l’activité des travailleurs du sexe (essentiellement basée sur le principe que les prostituées organisées la réclament et que je défends l’auto-organisation des travailleurs, y compris travailleurs du sexe, m’opposant à toute forme de paternalisme y compris “de gauche”), j’ai poussé le raisonnement au bout:

                          nous sommes typiquement enfermés dans un débat sur “quel réformisme est le meilleur sur cette question”. Et concernant la prostitution, désolé mais l’abolitionnisme ne me satisfait pas plus que la légalisation (je serais d’ailleurs curieux de connaitre la position de certain-e-s sur la pornographie). Le réformisme nous conduit donc ici aussi dans une impasse. Sans doute de manière encore plus flagrante que pour d’autres questions.

                          L’abolition, au sens strict – révolutionnaire, de l’activité “prostitution” comme rapport marchand, n’a rien à voir avec les réformes “à la Suédoise”: pour y arriver il faudra certainement d’abord égaliser vers le haut les conditions de travail des hommes et des femmes (afin de rendre le métier moins attractif), favoriser l’auto-organisation des femmes et abolir autant le capitalisme et le salariat que la misère sexuelle contemporaine.

                          Et là, on pourra commencer à discuter réellement du fond. Plus compliqué que “réponse 1 non et réponse 2 on plus”.

                          Salutations communistes révolutionnaires

                        2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

                          Trackbacks & Pingbacks »»

                          1. Comment by Mauro | Septidi Décade II Germinal An CCXVIII at 15:42:15

                            Ah oui, j’oubliais: une revendication de première importance concernant le trafic des êtres humains est la régularisation automatique (frontières ouvertes) de tou-te-s les migrant-e-s, principal moyen d’empêcher le trafic d’êtres humains.

                          2. comment_type == "trackback" || $comment->comment_type == "pingback" || ereg("", $comment->comment_content) || ereg("", $comment->comment_content)) { ?>

                            Trackbacks & Pingbacks »»

                            1. Comment by tueursnet | Jour de la Raison An CCXVIII at 07:00:18

                              Elle a quel âge ? 15 ans ?
                              Cela nous fait un nourrisson de 180 mois environ…
                              Ce qui nous fait 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende pour le trésor public…
                              Ah ah ah ah ! Pas de panique… vous n’êtes pas concerné par cette vieille relique. Et si votre petite prostituée est civilement mineure, elle est néanmoins… sexuellement majeure puisque la majorité sexuelle est fixée à 15 ans (article 225-12-1 du code pénal)… pas la peine de rougir… c’est de la fausse pudeur !
                              Quant à la prostitution… sachez qu’elle est n’est pas interdite par la Loi.
                              La petite chose n’a ni vendu, ni loué son corps. Elle vous a fait profiter de ses bons offices.
                              Il n’y a là ni malices, ni sévices.
                              Surtout si vous l’avez rémunéré pour sa prestation de service.
                              La cour européenne vous accorde pleinement ce droit : «Dès lors que la prostituée perçoit l’intégralité de ses gains, choisit ses honoraires, ses partenaires», tous les coups sont permis.

                              Votre honneur ! Puis-je me permettre de vous exprimer mon profond désaveu :
                              Que l’on soit consentante ou pas consentante, j’ai du mal à vous suivre sur cette pente… du mal à admettre que quelqu’un puisse se payer le visage de quelqu’un , sous le masque du vice, de l’ennui ou du caprice.

                              http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20prostitution

                            Leave a Reply »»

                            Un petit test de math * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.