Il l’a dit

Pioché dans Courier International du 22 décembre dernier:

“Le patrimoine des entreprises japonaises, ce sont les hommes. Les sociétés qui ne pensent pas à faire accéder leurs salariés à leurs richesses sont condamnées à s’affaiblir”, a déclaré le vice-président de Keidanren, la principale organisation patronale du Japon, pour annoncer une orientation générale favorable à la hausse salariale dans les négociations sociales qui vont commencer en février prochain.
(Asahi Shimbun, Tokyo)

On voit mal un dirigeant de la FEB ou du Medef tenir de tels propos…

Comments are closed